Aquí me pongo a cantar, al compás de la viguela…

Ceux qui écoutent Gotan Project reconnaitront le morceau « la vigüela », mais cette citation est surtout empruntée à une œuvre majeure de la littérature argentine : le Martin Fierro de José Hernandez, sur la condition du gaucho. D’ailleurs, je voudrais en profiter pour préciser une chose : malheureusement, les gauchos n’existent plus, et j’aurais bien aimé en voir. Ils ont été massacrés par les oligarques de Buenos Aires il y a longtemps (au 19e), et les gens qu’on voit actuellement à cheval sont des « gauchophiles », des transmetteurs de la culture gauchesque. Donc si vous voyagez dans l’idée de découvrir le tango, Maradona et les gauchos, vous vous rendrez compte (comme moi en arrivant) qu’il y a énormément plus en Argentine. J’ai commencé à lire le Martin Fierro, et mes collègues m’ont dit qu’en faisant ça, j’entrais dans la dernière étape de mon « argentinisation ». J’ai un peu peur, mais ça va aller ! En bas, vous trouverez un lien vers le titre du Gotan.

Cuando escuché esta frase por primera vez en Argentina, estaba viendo un programa del canal Encuentro (el mejor canal de televisión argentino) y el presentador hablaba del famoso Martín Fierro de José Hernandez, citando el empiezo de su obra. Grande fue mi sorpresa, cuando de repente asocié esta primera línea del libro con el tema conocido del Gotan Project. Entonces decidí comprarme el libro y leerlo. Quería saber de los gauchos, los de antes, los que ya no existen y que no tienen nada que ver con la gente gauchesca que se ve en este país. Los gauchos, jinetes de otros tiempos masacrados por la oligarquía porteña, y que nosotros europeos, somos desesperados por ver cuando vamos a visitar a la Argentina… Bueno, ahora sé que no quedan los gauchos, que Argentina es mucho mas de lo que se ve desde el otro lado del Atlántico, y estoy listo para iniciar, como dicen mis compañeros de trabajo, la última etapa de mi « argentinización » (aunque me de un poco de miedo, debo confesar) !

Publicités

2 réflexions sur “Aquí me pongo a cantar, al compás de la viguela…

  1. Alain dit :

    Et dire qu’il faut tout ça pour devenir le prochain sélectionneur de l’équipe nationale argentine, et mettre des taquets à Messi…

  2. Daminche dit :

    Courage, serre les fesses Algerito 🙂 ça va bien se passer. Par contre n’oublie pas tu lingua materna (pitite ref à Mister Klapiche)

    Bises

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s