Yerba no hay, ¿que hacemos?

Bien, alors avant tout, expliquons le titre. Vous savez qu’en Argentine, on boit du mate, tout le temps, toute la journée, peu importe avec qui et en quelles circonstances. Et il y a une blague que tout le monde fait vis-à-vis du mate :

– Eh, on se prend un mate ou on fait du hem-hem?

– Oups, y’a plus de yerba!

Bref, c’est pas drôle du tout, une fois traduit. En tous cas, depuis plus d’un mois, ça remue un peu du côté des provinces productrices de l’herbe magique, et bien entendu dans tout le pays, vu la forte consommation de mate. Mais que se passe-t-il? Je vais essayer de faire simple: fin mars, les petits et moyens producteurs, après négociations, ont obtenu une augmentation du prix de vente de la yerba, qui représente environ 90% (110 pour la yerba séchée). Cela peut paraître en effet énorme, mais il faut pondérer ce chiffre par le prix initial de base, d’environ 1 peso (moins de 20 centimes d’euro) et par l’inflation existant dans le pays. Ce qui paraît fou, et inadmissible, c’est que certains groupes industriels veuillent appliquer cette même augmentation au produit fini. Selon les sources de Pagina 12, le marché est composé de 17 444 producteurs. Ensuite, la chaîne compte 239 « sécheurs » (pas de ceux qui ne vont pas en cours, hein), 69 « entasseurs » et 118 « moulins ». Ensuite, 12 industriels « fractionnent » la yerba et finalement, 4 groupes la conditionnent et traitent : Establecimiento Las Marías (la yerba Taraguí), Hreñuk (Rosamonte), Molinos Río de la Plata (Nobleza Gaucha) et La Cachuera (Amanda). Ces quatre marques sont incontournables dans le pays, une de mes préférées est la Rosamonte, que je ne trouvais plus (je cherche pas trop non plus) depuis un moment et qui maintenant est disponible en grandes surfaces.

Ajoutez à cela, un des maux les plus graves dont souffre l’être humain civilisé : la spéculation. En effet, avides de vendre la yerba à prix d’or, des distributeurs ont opéré une rétention des stocks, afin de pouvoir se remplir les poches. Le résultat est que le prix de la yerba à certains endroits a atteint 42 pesos le kilo, lorsqu’un mois auparavant, on la trouvait à 14. Bien entendu, j’ai choisi un chiffre extrême – mais réel – la moyenne se situant vers les 25 pesos. De plus, cela a créé une sorte de psychose, heureusement calmée aujourd’hui. Il est vraiment facile de jouer avec les nerfs des gens, n’est-ce pas? Aujourd’hui la situation s’est quelque peu rétablie, on ne trouve pas encore de tout et peu à peu, les rayons se remplissent et les prix sont fixés. Par exemple, le fabricant de Rosamonte a annoncé fournir nouveau son produit à un prix d’environ 16 pesos le kilo (ici dans le sud, ce sera autour de 18-20).

La montagne a accouché d’une souris, et peut-être que dans 9 mois, on assistera à une vague d’accouchements (humains) dans le pays !

Bueno, los pocos argentinos que siguen esta pagina ya habrán entendido ‘al toque’ el chiste. Para los otros, vamos a intentar explicar lo que tiene de gracioso. Como saben, el mate es la bebida nacional, costumbre cultural y tradición de la cuenca rioplatense. Uno de los chistes comunes alrededor del matienso, es el siguiente:

– Che, tomamos unos mates o c*jemos? (Hay niños, cuidado con las palabras!)

– Lo que pasa es que no hay yerba…

Juajua, jijiji. Mas en serio ahora, que está pasando? A fines de marzo, los productores consiguieron un aumento del 90 % del precio de la bendita yerba (110% para lo que es la yerba seca). No es una suba tan tremenda, primero teniendo en cuenta el bajísimo precio inicial del producto (1 peso el kilo) y luego sabiendo que hay inflación. Lo que sí es tremendo e inaceptable, es que se quiera aplicar la misma suba al producto final, ademas de primera necesidad en un país como Argentina! Según lo que leí en un diario (Pagina 12) y a través de la asociación de productores de yerba mate, « Existen 17.444 productores. A medida que se avanza en la cadena se exhibe una mayor concentración. En la primera transformación participan 239 secaderos, 69 acopiadores y 118 molinos. Al momento de llegar al mercado interno se cuentan apenas 12 fraccionadores, de los cuales sólo cuatro procesan el 50 por ciento de la yerba mate: Establecimiento Las Marías (Taraguí), Hreñuk (Rosamonte), Molinos Río de la Plata, del Grupo Perez Companc (Nobleza Gaucha) y La Cachuera (Amanda). »

Los que cortan el queso, quieren mas queso. Típica de nosotros los seres humanos, la codicia nos hace llegar a la especulación, los distribuidores se quedaron con sus depósitos, esperando vender a precio de oro. Aquí en el sur del país, se alcanzó a vender un kilo de yerba a 42 pesos, el promedio rozando mas los 25-30. Y por supuesto, todo esto creó una psicosis injustificada y contagiada por los medios de comunicación muy profesionales y objetivos de la Argentina. Qué fácil de jugar con los nervios de la gente… Afortunadamente, hoy se restableció la situación, se consiguen casi todas las marcas, y el precio se estableció alrededor de 18 pesos el kilo. Hicieron una montaña de un grano de arena…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s