La nuit de la tarantula

C’est bien connu, la danse apaise tous les maux. « À la nuit tombée, lorsque les premières notes de tambourins et d’accordéons diatoniques se font entendre, la foule, toutes générations confondues, se retrouve sur les places, dans les ruelles ou dans les maisons pour participer aux réjouissances, pour une gigantesque fête de famille. » Je cite un article du Monde, pour présenter un album hallucinant: le dernier disque du pianiste italien Ludovico Enaudi.
Es sabido por muchos, bailar cura las heridas. Cuando cae la noche, cuando las primeras notas de tambores y acordeones diatónicos se hacen escuchar, la muchedumbre, mezclando todas sus generaciones, se junta en las plazas, en los callejones o en las casas para lo que es una gigantesca fiesta en familia. Esta es mi introducción a la presentación del nuevo disco del pianista Ludovico Einaudi.
https://i1.wp.com/www.exystence.net/wp-content/uploads/2015/05/Ludovico-Einaudi.jpg
Taranta Project, c’est la musique de la nuit de la tarantule, rituel « censé guérir les personnes, des femmes pour la plupart, qui avaient été piquées par la tarentule ou lycosa tarantula, une araignée très répandue dans la région. Les victimes – les tarantate – étaient alors frappées d’hystérie, secouées de convulsions ou, au contraire, plongées dans une profonde léthargie. Pour se libérer de l’emprise de l’araignée qui vivait en elle, la tarantata n’avait d’autre choix que de danser jusqu’à épuisement sur le rythme effréné de la pizzica exécutée par des chanteurs à la voix nasillarde et haut perchée et des joueurs de tambourins, de violons et d’accordéons diatoniques. »
Taranta Project es la música de la Notte della Taranta, en Italia. Cuando a uno le picaba una tarántula en las regiones italianas del sur se improvisaba un baile frenético en medio del pueblo para que las victimas bailaran locamente al son de los tambores, tras horas y horas bailando caían extenuadas y así evitaban que el veneno se propagara por su cuerpo. Esta es la leyenda de cómo nació la tarantela y durante esta misma semana empieza el Festival della Taranta en Salento.
Lorsque Einaudi prit les commandes du festival, il invita plusieurs artistes, comme le guitariste gambien Juldeh Camara, ou le joueur de kora Ballaké Sissoko, en plus de musiciens turques, italiens, grecs, etc. Je vous invite à partager cette transe le temps d’un instant, à une hypnose italo-afro-greco-turque, métissage parfait.
Cuando Einaudi asumió como director del festival, invitó a musicos de otros países, como el guitarrista de Gambia Juldeh Camara o el maestro de la kora Ballaké Sissoko, ademas de músicos turcos, italianos, griegos, etc. Hoy los invito a compartir este trance por un momento, a una hipnosis italo-afro-greco-turca, a un mestizaje perfecto y hermoso.
Ludovico Einaudi – Taranta Project
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s